TRIBUTE TO EADWEARD MUYBRIDGE | BOB KOHN
(FRANCE)

15 > 31 mars | INSTALLATION VIDEO
CHAPELLE DE L’HÔPITAL GENERAL | Rue Sainte-Rose
Ouverture : du mardi au samedi 11h > 19h | Le dimanche 14h > 18h

Entrée libre

Tribute to Eadweard Muybridge

C’est suite à une polémique autour des représentations picturales de l’époque du cheval au galop – les quatre sabots sont-ils ou non en suspension en même temps à un moment donné ? – qu’ Eadweard Muybridge met au point un dispositif photographique insensé pour l’époque. Celui-ci, et alors même que les meilleurs opérateurs ont besoin encore d’au minimum 15 secondes de temps de pause par cliché, lui permet une succession de prises de vue ultra-rapide et donc une décomposition du mouvement telle qu’aucun œil humain ne l’avait jamais observée.

Mêlant intimement science et art – à tel point que cela fit débat à la fin du XIXème siècle – les images d’Eadweard Muybridge frappent aujourd’hui par leur grande beauté et ce qu’elles préfigurent avec quelques années d’avance : le cinéma, du grec κίνημα / kínēma, qui signifie mouvement comme chacun sait.


Ado Kyrou dit en substance dans Le Surréalisme au cinéma que le devoir et la vertu de ce dernier sont de montrer aux hommes ce qu’ils n’ont encore jamais vu.

En décomposant le mouvement, Eadweard Muybridge, ce grand précurseur « dérangé » disait-on de lui – autrement dit victime d’un esprit en perpétuel mouvement -  a recomposé celui de la vie et du temps et l’a le premier donné à voir au monde.

On ne saurait mieux composer avec l’histoire du cinématographe qu’en revisitant, entre hommage, reconstruction, récurrence et fragmentation, les visions de ce grand pionnier que fut Eadweard Muybridge, à travers les images inoubliables que la lanterne magique nous a données depuis.

Chamber music N°3 2’54’’ (Je, tu, il, elle de Chantal Akerman)
Chamber music N°1 4’48’’ (séquences amoureuses)
Kinok 3’22’’ (Dziga Vertov & S. M. Eisenstein)

Bob Kohn

Bob Kohn vient du monde de la communication (Art director) et commence, en 2010, un travail de création vidéo. Il écrit et réalise alors le pilote d’un court-métrage de 10 min - « Les jalouses » - et coréalise, avec Marine-Bureau Kohn, l’exposition Nib’Art. En 2015, « Requiem for 2 people » est sélectionnée dans le « Best of - écritures et formes émergentes » de la SCAM. En 2017, il obtient le Prix VIDEOFORMES, en compagnie de François Gaulon, pour la vidéo « Projection ».

www.bob-fictions.org